lundi 25 octobre 2010

One hand in the air for the Big City

5th AvenueAu premier jour du mois d'octobre de cet an de grâce 2010, mon Précieux et moi-même avons embarqué pour un périple de 3 semaines aux États-Unis. C'est donc complètement jet-laguée que j'entame cette série de notes/comptes-rendus/séances diapos, à commencer par notre première étape : New-York (concrete jungle where dreams are made, oh) !

NYC

Brooklyn BridgeIl y a une attente assez bizarre due au fait de découvrir une ville qu'on a déjà vue des centaines de fois en photos et vidéos, qu'on pense aimer déjà alors qu'on n'y a jamais mis les pieds et dont on espère beaucoup - surtout pour quelqu'un comme moi nourrie de pop-culture américaine ; New York en est le symbole ultime. Rassurons-nous, c'était évidemment encore MILLE fois mieux que tout ce que j'avais pu en attendre. Tous ces gens avaient donc dit vrai ! D'ailleurs j'ai vite compris : dans le taxi nous amenant de l'aéroport vers Manhattan, les premières images vues étaient un drapeau américain flottant sur le coucher de soleil, et la skyline se découpant en fond sur le même ciel flamboyant.
FACILE !

Central ParkComble de la chance, les deux premiers jours sur place étaient particulièrement beaux et doux, ce qui nous a permis de nous balader hétéroclite dans les rues et de faire les trucs de touristes classiques à l'extérieur : Empire State Building, Brooklyn Bridge, Central Park, et de faire un tour de la côte sud en bateau au coucher du soleil (décidément le soleil se couche beaucoup dans cette ville).

One hand in the air for the Big City
Night Cruise

Les deux jours suivants étaient plus maussades, l'occasion de faire du shopping (j'ai acheté un jean, monsieur a dévalisé Macy's, hé oui) et surtout de visiter le fameux MoMA, où la découverte d'un vrai Monochrome de Whiteman m'a laissée pantoise.

IMG_1502

Ne soyons pas bégueule, le musée est évidemment une tuerie qui abrite de magnifiques pièces dont certaines chères à mon cœur.

SkylineJe n'avais pas eu l'occasion d'en parler ici mais le meilleur livre du monde était entré en notre possession avant notre départ. Ce chef-d'œuvre d'Hondimon nous a accompagné durant tout le voyage, et un producteur de Broadway s'est d'ailleurs montré intéressé pour une adaptation prochaine (après tout, there's nothing you can't do now you're in New York).

USA 2 043

USA 2 012A propos de Broadway, notre séjour nocturne était lui aussi bien rempli : après l'hilarant Avenue Q, dont la chanson The Internet is for Porn a été copieusement partagée sur le net (le reste du show n'a rien à voir avec le thème mais est tout aussi drôle), nous avons assisté à une représentation de Promises, Promises. Le lieu était magnifique, la pièce drôle et bien écrite, les chansons efficaces, les numéros de danse impressionnants... Seul regret : Kristin Chenoweth, que j'aimais beaucoup pour son rôle dans Pushing Daisies et qui avait attiré mon attention pour ce show en premier lieu, était absente ce soir-là.

IMG_1499

Les deux soirs précédents, nous étions allé voir le très bon The Social Network (Sorkin is my hero), mais avions surtout assisté à une soirée de stand-up comedy dans un tout petit club hors circuits touristiques, où des comédiens plus ou moins connus viennent tester leurs blagues sur les 15 personnes présentes. Il y avait longtemps que je n'avais pas autant ri à une représentation et je suis notamment ravie d'avoir découvert Amy Schumer, qui est vraiment excellente.

USA 003 USA 005
Liberty



6 commentaires:

  1. c'est vrai que tu as l'air franc-pantoise (comme les horloges)
    ...

    RépondreSupprimer
  2. Like. Like ! Like ! Like-like-like-like clic-clic-clic-clic-clic.
    (et les pics sont vraiment fab !)

    RépondreSupprimer
  3. On sent bien sur la photo que le monochrome de Whiteman t'impressionne.

    môm > Je comprends pas la blaaaague.

    RépondreSupprimer
  4. mike : tu ne connais pas les horloges franc-comtoises ?
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Horloge_comtoise
    bon j'admets que le jeu de mot est pas terrible !

    RépondreSupprimer
  5. Non je connais pas. Je suis un inculte en matière d'horloge (j'ai même pas de montre au poignet).

    Mais Léa elle avait pas compris non plus d'abord ! (je balance)

    RépondreSupprimer
  6. ca m'avait fait pareil, reconnaitre un endroit où on est jamais allé. C'est bizarre.

    RépondreSupprimer