mercredi 22 octobre 2008

Nouvelle année, nouvelles séries télé !

La rentrée est passée depuis un moment et avec elle est revenue LA VIE.
C'est-à-dire des séries télé en vrac. Et parmi les retours attendus, des nouveautés à découvrir... Avec en première ligne Fringe et True Blood.

Fringe d'abord. C'est la nouvelle de J.J. Abrams, donc on retrouve des éléments d'Alias et de Lost dans la mise en scène et les dialogues. Mais il y a surtout énormément d'X-files, du thème de la série (une équipe du FBI enquête sur des phénomènes paranormaux) à la construction des épisodes (un événement étrange est exposé en pré-générique, le reste de l'épisode est consacré à l'enquête).


[Même le générique]


Sauf que là où X-files avait Mulder et Scully, Fringe est portée par une blonde et un mec de Dawson. Question charisme ça le fait tout de suite moins. Soyons honnêtes, la série est quand même bien faite et se suit avec plaisir, avec quelques éléments sympas comme le personnage du savant fou qui aide l'équipe avec ses inventions absurdes. J'aime bien la façon d'incruster le nom des lieux à chaque changement de scène en l'incluant en relief dans le décor. Mais ce n'est clairement pas la révélation à laquelle je m'attendais. Contrairement à X-files, les événements paranormaux exploités sont tous issus de dérives de la science, donc il faudra voir ce qu'ils font de ce côté là, en essayant d'exploiter leurs quelques points originaux...

Du côté de True Blood, il y avait à la base l'équation suivante :
Alan Ball + HBO + Vampires = COOL !

Et donc les maths ne se trompent pas. True Blood n'a clairement rien à voir avec Six Feet Under bien sûr, si ce n'est dans la beauté de la mise en scène, les personnages fouillés et les scénarios parfaitement construits. Et un peu le thème de la mort aussi, quand même. True Blood c'est hot, dans tous les sens du terme : le sud américain, les accents un peu rauques, les maisons boisées, le sexe, le sang qui coule, le soleil qui tape et les nuits chaudes. Et les vampires. Dans la série, ceux-ci vivent ouvertement parmi les vivants, notamment grâce à une boisson synthétique inventée pour remplacer le sang humain, et cherchent à obtenir les mêmes droits qu'eux. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que True Blood se déroule dans le sud, imprégné de l'histoire de la ségrégation raciale. Mais si cet aspect sous-tend la trame de fond, la série se centre surtout sur les personnes, et en particulier de Sookie, jeune fille télépathe qui découvre qu'elle ne peut pas lire les pensées des vampires. Forcément après des années de bordel mental, ça repose. Je n'aime pas révéler trop de détails des histoires, alors là je vais simplement vous mettre le générique, qui est encore une œuvre d'art à lui tout seul et très représentatif du côté hot dont je parlais plus haut.



La chanson est de Jace Everett et avec une voix pareille, je veux bien faire des mauvaises choses avec lui (je n'ai pas cherché de photo pour éviter le désenchantement).
True Blood c'est aussi, en vrac : de bons acteurs, une belle photo, des touches d'humour (noir ou pas), un peu de suspense, des références culturelles bien placées, des filles en short, des mecs virils, une super bande-son et des chants de cigales.

Mon prochain test : Sons of Anarchy, dont 8 épisodes sur 13 ont été diffusés, et qui est d'ores et déjà renouvelée pour une deuxième saison.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire