mercredi 20 juin 2007

DIRRT

Je viens de voir le 13ème et dernier épisode de la saison 1 de Dirt.

Oui, encore une série télé, ça va hein.

J'aurais pu parler d'autres séries découvertes cette année, comme Heroes ou Dexter. Dexter, avec la diffusion sur Canal, reçoit déjà un bon écho dans les médias. Heroes, ça va être la folie complète quand TF1 la diffusera cet été... comme ce fut le cas pour Lost. Celle-ci est en revanche fort peu connue en France, d'où mon choix.



Donc, Dirt. Série qui marque le retour de Courteney Cox sur le petit écran.

Son personnage, Lucy Spiller, est rédactrice en chef de "DIRRT", magazine people le plus lu des Etats-Unis... Elle est impitoyable, manipulatrice, prête à tout pour avoir LE scoop, LA couverture que n'auront pas les autres magazines et fera exploser les ventes.

C'est une série de qualité, bien réalisée, bien conçue, bien jouée. Avec une excellente bande-son. Voilà en vrac quelques bonnes raisons de la suivre :

La face sombre d'Hollywood superbement exploitée, avec violence et humour.
Dans le premier épisode, deux copines starlettes discutent pendant une fête, complètement bourrées. L'une avoue à l'autre qu'elle a trouvé le moyen, entre deux rails de coke, de tomber enceinte d'un coup d'un soir. Elle est desespérée. Et quand sa copine évoque l'idée d'un avortement, elle répond : "Nan, je peux pas faire ça, je suis genre, tellement catholique ..." Le ton est donné.
Tout Hollywood déteste Lucy Spiller parce qu'elle met à jour leurs secrets, mais dans le même temps les stars sont prêtes à tout pour ne pas disparaître des pages de son magazine. Lucy peut les détruire ou en faire les personnalités les plus hot du moment en une seule couverture, et les stars, tout en la haïssant, ont terriblement besoin d'elle pour exister. Lucy qui ne fait finalement qu'exploiter l'hypocrisie complète dans laquelle baigne le milieu.

Fait très intéressant dans la série, Lucy a bizarrement une forme de déontologie très stricte dans son travail. Elle ne publie que la vérité. Des informations recoupées, vérifiées, nécessitant un vrai travail d'investigation, aucune rumeur non fondée... Ce qui, en fait, fait souvent bien plus mal aux personnes concernées. Elle est vraiment obsédée par la vérité, ce qui ne veut pas dire qu'elle diffuse toutes ses informations. Elle peut très bien soutirer des scoops à des stars en échange de la non-diffusion de photos compromettantes, par exemple. Là où tout un chacun verrait du chantage, elle justifie sa démarche au nom de la vérité à tout prix (à rapprocher de son histoire personnelle, révélée au fur et à mesure des épisodes et qui explique bien des choses). Par ailleurs, elle met un point d'honneur à protéger ses sources. A tout prix. Son directeur de publication ayant révélé une source sous la menace de manger son propre pénis en salade (!), elle ne s'inquiétera pas pour lui mais lui fera scandale pour avoir finalement craqué.

C'est un plaisir de voir Courteney Cox dans ce rôle diamétralement opposé à celui de Monica. Emil me faisait remarquer qu'elle jouait aussi une journaliste complètement biatch dans Scream... Mais son rôle dans Dirt va beaucoup plus loin. Bien plus profond, son personnage ravit par son cynisme, par son attitude froide et dure qui bien évidemment n'est qu'une façade.

Et il y a le personnage de Don. Meilleur photographe de DIRRT, ami d'enfance de Lucy et schizophrène. C'est lui qui résume la série à chaque début d'épisode. La série perdrait une très grande partie de sa saveur sans lui. Ses périodes d'hallucinations sont fabuleuses, souvent très drôles, parfois presque flippantes. L'acteur, Ian Hart, est d'ailleurs excellent, très convaincant. Voilà un personnage atypique dont je n'ai jamais vu d'équivalent dans une série, et qui apporte beaucoup au déroulement de l'histoire.

Il faut peut-être un peu de temps pour rentrer dans l'univers de la série, quelques épisodes au plus. Mais ça vaut le coup.

[Sinon, allez voir "Boulevard de la mort"]



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire